Un nouveau pilier pour l’Afrique

Une opportunité d’investissement unique pour les économies en croissance du Bénin, du Niger et de ses voisins.

Un projet d'infrastructures intégrées

Le Projet Epine Dorsale est un vaste projet de développement d’infrastructures au Bénin, conçu par le Promoteur, le Groupe Petrolin, afin de garantir le développement économique des pays limitrophes.

Le Projet Epine Dorsale englobe de nombreuses composantes, notamment le chemin de fer, les ports secs, le port en eau profonde, l’aéroport ainsi que d’autres infrastructures annexes et connexes.

Rail

La composante rail implique la réhabilitation du tronçon ferroviaire existant entre Cotonou et Parakou au Bénin, et la construction d’une ligne à écartement standard reliant Parakou à Niamey en passant par Dosso au Niger pour le transport des marchandises et des personnes, jusqu’aux pays limitrophes et aux régions enclavées.

Port sec

Le Port sec de Parakou est une plate-forme multimodale située à 3 km du centre-ville de Parakou, à proximité de la voie ferrée. Il donne au Projet Epine Dorsale une position stratégique pour les importations et les exportations vers les pays limitrophes, notamment le Burkina Faso, le Mali, le Niger, le Nigeria et le Togo.

Port en eaux profondes

Le Port en eau profonde de Sèmè-Podji est un port pétrolier minéralier et commerciale qui sera construit sur un espace reconnu d’utilité publique, d’une surface de 1.006 hectares. Son activité principale consistera dans les flux des marchandises : trafic conteneurs, importations, exportations de vracs et divers.

Aéroport

Le nouvel aéroport du Bénin deviendra une plateforme internationale et un hub panafricain. Idéalement situé à la frontière entre le Bénin et le Nigéria, il desservira les marchés du transport du fret et de passagers au sud du Nigéria et du Bénin.

Les entreprises impliquées dans le projet

Cabinets d’ingénierie ayant contribué aux volets stratégiques, techniques, économiques, financiers, fiscaux et juridiques du Projet Epine Dorsale.

News

Agrément d’exploitation du Port sec de Parakou au Bénin

Le Groupe Petrolin annonce la signature de l’Arrêté interministériel autorisant la mise en exploitation du Port sec de Parakou au Bénin par sa filiale infrastructures PIC Network Ltd.
 
La mise en service de cette plateforme logistique connectée au réseau ferré et routier national permettra de désengorger le Port autonome de Cotonou et de renforcer l’offre logistique du corridor béninois.
 
Le Port sec de Parakou constitue une composante essentielle du Projet Epine Dorsale, un projet de corridor logistique intégré visant à offrir des solutions efficaces et compétitives pour le transport des importations et des exportations des pays de la sous-région (Bénin, Niger, Burkina Faso, Mali et Nigeria).
 
Á la suite de cette annonce, le Président fondateur du Groupe Petrolin, M. Samuel Dossou-Aworet, a déclaré : la signature de l’Arrêté interministériel est une marque de confiance qui traduit le renforcement continu du partenariat public-privé entre Petrolin et le Gouvernement du Bénin pour la mise en œuvre du Projet Épine Dorsale depuis 2010. Avec la mise en service du Port sec de Parakou, c’est une nouvelle étape qui commence et qui contribuera à la croissance de l’économie du Bénin ainsi qu’à celle des pays et zones enclavés de la sous-région.

31 MAI
19

Droit de réponse de M. Samuel DOSSOU-AWORET

Le journal Jeune Afrique, dans sa parution N°3028 du 20 au 26 janvier 2019, a affirmé ce qui suit : « En mars 2018, au terme d'âpres négociations entre les autorités béninoises et nigériennes, Samuel Dossou a cependant accepté de céder le marché à China Railway Construction Corporation Limited (CRCC) en échange de la promesse d'obtenir la construction du port en eau profonde de Sémé-Kpodji, situé entre Cotonou et Porto-Novo. »
 
Cette information publiée par Jeune Afrique est gravement inexacte. Le Groupe Petrolin n'a jamais négocié, ni accepté de céder ses droits sur le corridor ferroviaire Cotonou-Niamey en contrepartie d'une quelconque « promesse » sur le port de Sémé-Podji et dément formellement ces allégations.
 
Si, tel que publié dans le magazine Challenge le 19 mars 2018, le Chef de l'État béninois le Président Patrice TALON « affirme avoir déjà obtenu « l'accord de principe » des autorités chinoises pour examiner la faisabilité du projet ferroviaire qui auraient chiffré le coût du tronçon allant de Cotonou à la frontière de Niger, soit 740 kilomètres : 4 milliards de dollars », le Groupe Petrolin, n'a à ce jour, connaissance d'aucun accord écrit sur le sujet.
 
Pour rappel, l'appel d'offres international ouvert N°5498 lancé par les États du Bénin et du Niger, copropriétaires de la ligne ferroviaire Cotonou-Parakou-Dosso-Niamey, a retenu le Groupe Petrolin comme adjudicataire du corridor en 2010, situation définitivement clarifiée en septembre 2017 par la décision de la Cour Suprême de la République du Bénin qui a rétabli Petrolin dans ses droits à la suite d'une tentative illégale d'expropriation par un partenaire. Le journal Jeune Afrique aurait pu faire état de la qualité des travaux de réalisation du port sec de Parakou avec ses connexions au réseau routier et ferroviaire national conformes au standard recherché aujourd'hui en Afrique contrairement aux « 143 km de rails [...] posés (par Bolloré Africa Logistics) » au Niger auxquels fait référence l'article.
 
Le port pétrolier, minéralier et commercial en eau profonde de Sèmè-Podji a été attribué à Petrolin et sa filiale chargée des infrastructures, en l'occurrence la société PIC Network Limited, en janvier 2010 par la Convention Cadre de Partenariat Public-Privé et d'investissement entre la République du Bénin et la société PIC Network Limited, approuvée par décret (N°2010-212 du 25 Janvier 2010). Cette convention a été renforcée en décembre 2011 par la Convention Particulière relative à la construction du port pétrolier, minéralier et commercial en eau profonde à Sèmè-Podji entre la République du Bénin et la société PIC Network Limited et la société PIC International SA, filiale béninoise et concessionnaire du port approuvée par décret (N°2011-794 du 09 décembre 2011). Les discussions en cours avec les autorités béninoises concernent l'indemnisation des ayants-droits des terrains que le Groupe Petrolin a accepté de préfinancer en lieu et place de l'Etat béninois et la mise à disposition effective par celui-ci du terrain de 1006 hectares afin de permettre au Groupe Petrolin de procéder au démarrage de la construction du port. Petrolin a obtenu depuis décembre 2016 un certificat d'impact environnemental et social répondant aux critères internationaux.
 
Contrairement à ce qu'affirme Jeune Afrique, il n'y a aucune promesse d'échange entre les rails et le projet du port en eau profonde.
 
Pour la compréhension du Projet Épine Dorsale, il est bon de retenir qu'il consiste en un vaste programme d'infrastructures ferroviaires, portuaires, aéroportuaires et routières interdépendantes, régi par la Convention Cadre de Partenariat Public Privé avec l'État du Bénin. Il s'agit d'un projet d'intégration régionale entre le Bénin, les pays de l'hinterland (le Burkina Faso, le Mali, le Niger) et le Nord du Nigeria conçu, lancé et promu par le Groupe Petrolin qui dispose de bases contractuelles légales et juridiques solides et dont il a déjà concrétisé de nombreuses réalisations sur le terrain.

28 FEV
19

De nouvelles installations pour le Port sec de Parakou

Le Port sec de Parakou, situé au centre du Bénin, accueille une nouvelle installation, un hangar de 6.400 m2 représentant une capacité de stockage 48.000m3. Il est doté de caméras de surveillance, de bornes d’incendie, d’éclairage jour et nuit et du réseau internet entre autres. Il a été conçu pour une circulation dégagée et une occupation optimale de l’espace. Un mirador de 25 mètres du sol et des mats d’éclairages, permettant le travail de nuit, viennent compléter cette installation unique dans la région.
Partie intégrante du Projet Épine Dorsale, le Port sec de Parakou est une Infrastructure sous douane, en liaison commerciale et logistique directe par chemin de fer et route avec le port autonome de Cotonou, au Bénin, et les pays de l’hinterland; une infrastructure dotée d’autres installations à vocation d’accueillir-tout en optimisant le temps de transport- les marchandises directement transférées, ou à destination des navires, sans formalités au port maritime.
Le Projet Epine Dorsale est un programme d’infrastructures ferroviaires, portuaires, aéroportuaires et routières interdépendantes conçu par le Groupe Petrolin. Il s’inscrit dans la dynamique de développement intégré des pays de la zone ouest-africaine, notamment le Bénin, le Niger et le Nigéria. Pour le Groupe Petrolin les enjeux géostratégiques dans la sous-région justifient le recours au Partenariat Public-Privé pour atteindre les différentes étapes de la réalisation dudit projet.
Petrolin et sa filiale d’infrastructures PIC Network Limited ont obtenu des autorités du Bénin des bases contractuelles, légales et juridiques solides notamment :

  • la Convention Cadre de Partenariat Public Privé garantissant au Projet Epine Dorsale des conditions générales techniques, économiques, financières, fiscales et juridiques stables et durables couvrant toutes les composantes du Projet.
    Les droits et garanties donnés par l'Etat au titre de cette Convention Cadre bénéficieront aux Partenaires, aux Sociétés d'Exploitation, à leurs Sociétés Affiliées et aux Bailleurs de Fonds et Sous-Traitants.

Le Projet Epine Dorsale bénéfice sur toute l’étendue du territoire béninois du Régime E du Code des investissements (régime prévu pour les investissements structurants).
En outre, Petrolin est adjudicataire (Lettre d’adjudication réf. 001/2010/MTTA/MTTTATP/PR/CPC) de la ligne ferroviaire Cotonou-Parakou-Dosso-Niamey au titre d’un appel d’offre international (N°5498/MDCTTP-PR/MTAC/DC/SG/OCBN du 4 août 2018) lancé par le Bénin et le Niger.
Les bases contractuelles comprennent également :

  • La Convention Particulière relative à la construction du Port pétrolier, minéralier et commercial en eau profonde à Sèmè-Podji, au Bénin, sur une surface de 1’006 hectares attribué au projet par l’Etat;
  • L’attribution d’un domaine de 50 hectares (extensible à 100 ha) pour la construction du Port sec de Parakou, déjà réalisé, au Bénin, plateforme multimodal jouant un rôle centrale pour le corridor ferroviaire Cotonou-Parakou-Dosso-Niamey pour l’évacuation du fret et des minerais du Bénin et des pays sans littoral comme le Burkina Faso, le Niger, le Tchad, ainsi que d’autres pays tels que le Nigéria, et
  • L’Arrêté portant réservation à Kraké, Commune de Sèmè-Podji d’un domaine de 4’295 hectares pour l’implantation d’un aéroport international à Kraké.

Pour la réalisation des différentes composantes, le Groupe Petrolin a sollicité les services des cabinets d’expertise technique, financière et juridique de premier plan, dont notamment Herbert Smith, Axelcium, Coteba (Artelia), Technip, SNCF International, Rites (filiale d’Indian Railways, le Port du Havre, R+R Burger und Partner, Royal Haskoning, Roche (Norda Stelo), Louis Berger, Hill International, ainsi que la contribution des experts de la sous-région, dont Afrique Omnitech, BEST et Benin Expertise.
Afin d’ajouter au Projet Epine Dorsale un point de vue indépendant sur les travaux réalisés par les experts pour le Projet, le Groupe Petrolin a fait appel aux expertises d’une tierce partie, Ernst & Young Global Infrastructure Advisory Group de France et de Suisse.
Le Groupe Petrolin s’engage à rester actif dans toutes les phases du projet et à veiller au respect les règles de bonne gouvernance et de partenariat profitable pour toutes les parties concernées.

01 NOV
18